Le Léonberg

Acceuil "Le léonberg" - Standard - Caractère - Education - Entretien, hygiène - Santé - Morphologie - Alimentation

Pourquoi il se gratte ? - Les vaccinations - Les desinfectants - Les dents - Coup de chaleur - Maladies et bobos

Panostéite - arthrose - pyomètre - coccidiose - otite - dysplasie - affections cardiaques

Santé - Maladie et bobos - Pyomètre

Le pyomètre est une accumulation de pus dans l'utérus pendant le métoestrus (c'est à dire pendant les 2 mois qui suivent les chaleurs).

La cause du pyomètre est hormonale: pendant le métoestrus, le taux de progestérone reste élevé; le pyomètre apparaît quand, suite à un déséquilibre hormonal, il persiste un taux anormalement élevé d'oestrogènes; il s'ensuit un épaississement de la paroi de l'utérus, puis secondairement une infection avec accumulation de pus dans l'utérus.

Symptômes:

Le pyomètre est plus fréquent chez la chienne de plus de 5 ans, mais on peut parfois le rencontrer dès les premières chaleurs.

La chienne présente des écoulements vulvaires purulents si le col de l'utérus est ouvert, et elle se lèche pour se nettoyer; si le col est fermé, on n'observe pas d'écoulements.
Elle est fatiguée, boit plus, perd de l'appêtit, présente une légère hyperthermie (39-39,5°C).
Elle peut aussi présenter des troubles digestifs (vomissements, diarrhée).

En l'absence de traitement, le pyomètre évolue vers une insuffisance rénale aigue ou une péritonite.

Traitement:

Le traitement de choix est chirurgical: il s'agit de l'ovario-hystérectomie (ablation de l'utérus et des ovaires): la guérison est complète et définitive, et la chienne n'a ensuite plus de chaleurs.

Dans certains cas (chienne reproductrice, chienne dont le mauvais état de santé contre-indique l'anesthésie générale), un traitement médical peut être tenté.
Il s'agit d'un traitement associant des antibiotiques à des injections faisant chuter le taux de progestérone, pour vidanger l'utérus; cependant, des échecs sont possibles, et il peut y avoir de nouveau un pyomètre dans les 2 mois suivant les chaleurs ultérieures; c'est pourquoi le traitement chirurgical est préférable.