Le Léonberg

Acceuil "Le léonberg" - Standard - Caractère - Education - Entretien, hygiène - Santé - Morphologie - Alimentation

Pourquoi il se gratte ? - Les vaccinations - Les desinfectants - Les dents - Coup de chaleur - Maladies et bobos

Panostéite - arthrose - pyomètre - coccidiose - otite - dysplasie - affections cardiaques

Santé - Maladie et bobos - Coccidiose

Les coccidies sont des Protozoaires parasites du tube digestif; chez le chien, il s'agit d'Isospora canis.

Les symptômes

Forme asymptômatique:

Il s'agit de chiens adultes, en bon état d'entretien (ou parfois un peu maigres), qui sont à l'origine de la dissémination d'ookystes de coccidie dans le milieu extérieur par l'intermédiaire de leurs fécès.

Forme classique:

Elle est le plus souvent observée chez des chiots de 5 semaines à 4 mois, plus rarement chez l'adulte (qui développe une immunité vis à vis des coccidies).
On a sur tous les chiots d'une même portée un retard de croissance, une maigreur, un appêtit capricieux, parfois une apathie, un ramollissement des selles (selles mucoïdes, collantes et caoutchouteuses), parfois une diarrhée franche; des glaires et du sang sont souvent observés.

Lors d'association "coccidie - autre parasite" (Ascaris, Giardia, Trichures...), les symptômes peuvent être plus graves, souvent exacerbés au moment de la vermifugation, avec parfois des complications (intussuception de l'intestin, qui doit être opérée très rapidement).

Dans certaines formes sévères, certains chiots de la portée peuvent décéder.

En général, une immunité forte et durable s'installe après 4 mois, et souvent le chiot, qui refait des selles normales, rattrape alors son retard de croissance en quelques mois.

Le diagnostic

Le diagnostic de la coccidiose se fait sur l'observation d'ookystes sur un examen microscopique des selles (après enrichissement).
Lors du décés d'un chiot, l'analyse histologique du tube digestif permet aussi le diagnostic.

Il faut prélever un mélange de selles de l'ensemble de la portée, au pic maximal d'excrétion (vers 5 à 6 semaines). Souvent, les selles les plus mucoïdes ne sont pas celles qui renferment le plus de parasites.
Au moment le plus sévère de la maladie, la coproscopie peut être négative, alors que les ookystes seront observés dans les selles lorsque la maladie se termine; il faut donc renouveller l'examen si la coproscopie est négative.

Plusieurs laboratoires peuvent effectuer la recherche de coccidies, dont celui de l'Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon: envoyer les prélèvements de selles en COLISSIMO, pour une coproscopie, à:
Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon - Parasitologie - BP 83 - 1 avenue Bourgelat - 69280 Marcy l'étoile; à titre indicatif, le tarif de la coproscopie à l'ENVL est de 11 euros en 2004.

Le traitement

Le traitement tiendra compte de l'examen clinique, des résultats de la coproscopie, du mode de vie.

Un traitement spécifique de la coccidiose sera entrepris: sulfadimethoxine (AMIDURÈNE), à la dose de 40 à 50 mg/kg/jour pendant 6 jours, qui sera efficace à la fois sur les coccidies et la diarrhée. On peut utiliser aussi le diclazuril (VECOXAN, plus adapté à l'élevage), à la dose de 2,5 mg/kg/chiot en une prise, vers l'âge de 4 semaines, et 15 jours plus tard.

Il faut aussi traiter les symptômes de la maladie: anti-diarrhéiques, ferments lactiques (ENTEROCYL au sevrage des chiots), des pansements intestinaux (DIARSANYL), lutter contre la déshydratation...

En dehors du cas de certains chiots polyparasités, jeunes, mal nourris, le pronostic est favorable avec le traitement, d'autant plus qu'une immunité durable va s'installer. Il est utile de contrôler la guérison en renouvellant les coproscopies.
En revanche, il est difficile d'éradiquer le parasite d'un élevage.

La prévention de la coccidiose en élevage

On rencontre la coccidiose dans de nombreux élevages; la lutte contre les coccidies doit donc faire l'objet d'un programme, au même titre que la lutte contre les autres parasites.

Mesures hygiéniques:
Les ookystes peuvent survivre jusqu'à un an dans le milieu extérieur. Il faut enlever au moins quotidiennement les selles, et nettoyer les gamelles, les sols. Le nettoyage à la vapeur d'eau sous pression est efficace. Il faut éliminer les rongeurs qui peuvent être des vecteurs. Mettre des bottes réservées à la maternité. Surélever les gamelles pour qu'elles ne soit pas contaminées par les selles renfermant des ookystes. Lutter contre la coprophagie.
Les ookystes sont sensibles à la lumière, à la chaleur et à la dessication. Ils aiment le froid et l'humidité. L'ammoniaque est efficace (ne pas utiliser en présence d'animaux, et rincer ensuite). En revanche, l'eau de javel semble favoriser la sporulation des ookystes.

Il faut aussi faire régulièrement des coproscopies sur les adutes et les chiots. Les adultes contaminés doivent être traités, au moins deux fois par an. Même en l'absence de symptômes, les chiots peuvent être traités avec leur mère à un mois avec VECOXAN en une seule prise. Traiter aussi la mère à la saillie et à la mise bas.


Comme tous les parasites, il est préférable d'axer la lutte sur l'éradication du parasite dans les locaux, sur les adultes, sur la mère, plutôt que d'attendre que la portée soit malade pour traiter.